Archives de Tag: Expatriation

Retour sur la planète France

Déjà 3 mois que votre fidèle raconteur d’histoires est rentré en France. Mais rien ne surprends mes followers qui auront je l’espère remarqués les statuts twitter sur une colonne de ce même blog. Oui je « cuicuite » depuis des mois si tu n’y avais pas encore prêté attention.

Autant te dire que le retour sur notre chère planete France n’a pas été des plus évident.

Quelque part entre tristesse et joie.

Le poids du départ de cet endroit qui était devenu mon « chez moi ». Contrasté par la joie du retour en famille dans le sud, comme un sas de décompression avant Paris.

Perpignan - Quai de la Basse & Castillet

Tout cela pour te dire que Venga Bangalore n’est pas encore mort. Car comme nombre d’entre vous ont pu le remarquer les derniers instants en Inde n’ont pas vraiment été relatés ici. La faute à nos adorables mais tout de même très pénibles Indiens qui n’ont pas aidé à la douceur de mon départ. Douceur qui aurait pu être très apréciable, mais tu sais bien la vie c’est un peu comme une boite de chocolat. Euh, je crois que tu connais la suite…

Dernieres aventures qui seront bien sûr relatées ici, et ce, pour ton plus grand plaisir. La page se tourne tranquillement dans ma tête et je compte bien t’en faire profiter. C’est dire que tu le mérites pour m’avoir suporté pendant plus d’un an alors que tu te faisais sacrément chier devant ton Personnal Computer.

Mais non! Ne me remercie pas encore. Il est bien trop tôt et je suis bien décidé à te faire « kiffer ta race » comme on le dit souvent dans le RER qui me mène désormais au boulot. Enfin au moins le temps de quelques billets….

Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Si l’on rêvait un peu

Il parait que l’Inde bouge que l’Inde est sur la pente ascendante. Je veux bien le croire, les preuves sont plus que flagrantes. L’ordre est en marche mais le chemin est long.

UB City

Il y a de cela 3 semaines un petit mail de TF1 adressé aux quelques expats Bangaloris. On recherche activement  un Français si possible ingénieur informaticien travaillant dans une de ces entreprises ultras modernes de Bangalore. C’est pas cela qui manque!

Pas la peine d’appeler car je ne possède personnellement  aucun des critères requis. Quoi qu’il en soit la mafia Aveyronaise de Bangalore se renseigne curieusement sur ce que l’on veut présenter. Apparemment, l’équipe de tournage veut clairement du Bling Bling. Du L.A arrosé à la sauce curry!

Car comme le dit le premier commentaire du reportage, Bangalore c’est un peu la Californie Indienne.

Résultat du reportage quelques plans de UB City, Infosys, travelling sur un joli bâtiment et TF1 continue de vendre du rêve.  Suite au reportage on attends maintenant plus de 1500 expatriés pour l’année prochaine. Never trust Harry!

Venga venga et Watch the fuck!

JGui

Bookmark and Share

God bless the Turkey

Ce ne sera pas la première fois que je loue les bienfaits de la volaille. Pas comme si l’on en mangait à longueur de temps ici. Non aujourd’hui est un jour spécial, ici au coeur de la silicom valley Indienne.

Oui aujourd’hui j’ai mis moins de 40 minutes pour rejoindre mon bureau. Tu te demandes alors pourquoi diable ce mec en veux à cette pauvre dinde. Qu’est ce qu’elle à bien pu lui faire? Tu comprends vraiment rien cher lecteur. Excuse-moi de te le dire encore une fois. Faut se respecter des fois, et toi tu n’en fais qu’à ta tête!

Aujourd’hui c’est donc « Thanksgiving« ,  certains l’auront deviné. Et figures toi qu’ici on s’en fou pas! Autrement dit, nombre de petit développeurs de programme sont en congés. C’est pas comme si la plupart des entreprises IT étaient Américaines. IBM, Adobe, Oracle, Yahoo, Microsoft, Intel,… je crois que je peux m’arrêter. Qui dit programmeurs en congés dit moins de trafic. On respire!

Au retour, moins d’une heure. Bon OK il n’y a pas que des entreprises Américaines ici. Dieu merci!

Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Achète-moi un Mouton.

Ou le remake de Saint-Exupéry à la sauce India.

Depuis quelques jours les moutons et autres biquettes sont de sortie à Bangalore et dans les quartiers musulmans en particulier. Il était quand même saisissant de voir le nombre de bestiaux au mètre carré dans ces quartiers Samedi et Dimanche dernier. Des plus ou moins gros au plus ou moins beau, il y en a pour tous les gouts.

Ici nommé Bakrid Festival, celui-ci est plus connu en France sous le nom de Aïd el-Kabir. Ces temps-ci les festivals religieux Hindous, Musulmans s’enchaînent de manière fulgurante preuve encore une fois de la diversité impressionnante du sous-continent.

Comme l’a si bien dit mon ami Vincent:

« Les moutons ont envahi Bangalore mais demain il seront tous mort!« 

En attendant de voir à quoi peut bien ressembler un Noël à des milliers de kilomètres de la France. Les catholiques représentant 2,5% de la population, si mes calculs sont bons pas moins de 26 Millions d’Indiens. Et moi et moi et moi…

Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Brand New Delhi

Une escapade à Delhi ce weekend et une grande bouffée d’air  frais.

Jeudi, 20h, Aéroport International de Bangalore. Plus qu’une heure avant le décollage. Bientôt 6 mois que je me débats dans ce cirque Indien et je me surprends encore par ma naïveté. Une annonce micro plus tard et c’est trois heures qui se rajoutent à mon attente.

India Gate

Le weekend malgré une charge de travail importante aura permit de se réconcilier avec Delhi, la massive « Capitalopole ».  Car il est tout simplement hallucinant de voir le nouveau visage de la ville.

Il y a clairement un avant et un après Jeux du Commonwealth.

Entre l’aéroport domestique et mon appart’hotel à Ghaziabad, il est clair que la route est en meilleur état, mon dos et mes fesses sont là pour en témoigner. Mais plus  important encore, la ville que j’avais quitté il y a de cela deux mois n’a plus grand chose à voir avec la « Brand New Delhi ». Beaucoup moins de travaux, beaucoup moins de poussière (il parait que s’est lié), de grandes voies routières maintenant plutôt agréables, de jolies coins de verdure en bord de route. Tu l’auras saisi beaucoup moins de « Bordel ».

Le métro en est le parfait exemple, il ressemble enfin à un métro digne d’une ville de 20 millions d’habitants. On peut maintenant traverser la ville d’Est en Ouest et du Nord au Sud sans trop de difficulté. Ce qui n’était pas tout à fait possible il y a deux mois encore.

Metropolitain

Vendredi j’ai donc expérimenté une fois de plus le métro au départ de Anand Vihar (Est de Delhi) vers Saket (Sud de la ville) avec changement à Rajiv Chowk il m’en a coûté 22 Rs. Vingt-cinq stations traversées pour un peu plus d’une heure de trajet. Qui dit mieux. En rickshaw pour 20 Rs tu fais 2km! Bon certes il ne faut pas être fâché avec le contact humain, mais on y gagne en temps, air respiré et argent. What else?

Les températures bien plus agréables qu’au printemps dernier m’ont presque fait pensé.

Is Delhi the new place to be?

Et toi cher lecteur de la compagnie des Indes du Nord, tu as vu du changement depuis les CWG 2010 ou penses-tu simplement que tout ça n’est que poudre aux yeux du pseudo touriste que je suis.

Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Site du métro de Delhi: http://www.delhimetrorail.com/

Mais que fait le Ganesh.

Un lecteur aussi assidu que toi sait déjà que Ganesh, dieu très populaire ici, est celui qui retire allègrement les obstacles sur ton chemin. A relire ici.

Figures toi que hier mâtin, enfourché sur ma moto, tout fier… « Psssss »…crevaison! Et bien mon petit Ganesh on m’abandonne comme ça sur le bord de la route.

Ma première réflexion est alors de me demander mais qu’est ce que je vais bien pouvoir faire de ce pneu à bout de souffle? La magie Indienne opère car ici « tout est possible », mais tu le sais déjà. Par chance je connais un peu le quartier, puisque j’étais pas vraiment loin de chez moi. Et après 5 min de route de tout mon poids calé sur l’avant de la moto, roue arrière crevé oblige , me voilà devant un « Puncher Workshop ». De petits « casot' »métalliques comme il y en a fréquemment et dans lesquels de vaillants Messieurs Kumar s’agitent à réparer les pneus des voyageurs en détresse! Il t’en coutera 150 Rs de chambre à air et 50 Rs de main d’œuvre. Si la crevaison ne nécessite pas de nouvelle chambre à air, « Rustine » is there!

Tyre Workshop

Le conseil du jour sera de rester près de ta moto le temps de la réparation, enfin si tu ne veux pas perdre 2 heures au lieu de 30 min. Car mon pneu n’était pas vraiment crevé, il y avait juste une grosse déchirure au niveau de l’embout de gonflage. Et en laissant la moto tu t’exposes au manque d’initiatives de certains Messieurs Kumar.

Worker: « Your tube is torned! Do you want me to put a new one?« 

JGui: Soupirs. « Of course what else do you want to do? »

Une heure  de perdu! C’est pas grave on va en profiter pour aller payer le loyer, c’est pas très loin. Arrivée devant la porte close de la banque, j’interpelle une jeune fille.

JGui: « Do you know why it is closed? It’s not supposed to be opened at 11:00 AM« 

Young Lady: « Sir, It’s hollidays today! »

JGui: « I didn’t know! »

Décidément, sale temps sur la mâtiné, je me demande bien pourquoi le sort s’acharne…

Ah oui. Ce matin arrivé de bonne heure et de bonne humeur, c’est bel et bien un léger dégâts des eaux qui m’attendait! Les bureaux sont « full of water » parce qu’il y a un petit malin qui a ouvert le robinet du « water tank » (réservoir d’eau) situé sur le toit. Résultat. « Waterworld » dans les bureaux et j’ai beau chercher ni Kevin Costner, ni Noé ne sont venus nous sauver de la noyade!

Demain on sera Samedi et je ne sais toujours pas ce que le sort me réserve.

Ganesh si tu m’entends, je déconnais la dernière fois sur cette histoire de Babar. Un peu de second degré, Merde! 🙂

Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Attention bosse sacrée…

Non ce billet ne traitera pas de la vache à bosse sacrée. Bien plus fin voyons…

Pour ceux d’entre vous qui ont eut la chance de connaitre mon dernier appartement Toulousain,  officiellement élu appartement de ces 5 dernières années et ce malgré les quelques mauvaises ondes qui y ont régné au démarrage. Vous devez surement vous souvenir du ralentisseur magique qui nous conduisait sur les berges du canal. Non ça ne vous dit rien? Mais si la sensation magique de se sentir comme possédé par le bitume.  L’attraction de tout le quartier Saouzelong? Bon tant pis…

Et bien figures-toi qu’ici aussi:

On est pas fâché avec la bosse sacrée!

Ce qui fait figures d’attraction à l’échelle de Bangalore. Que dis-je? De l’Inde toute entière, s’avère tout de même sacrément pénible sur la durée. La multiplication de ces véritables tremplins goudronnés est une véritable plaie. Car ici le ralentisseur est saillant, le ralentisseur est coquin, le ralentisseur est malin.

Ce n’est pas le haut de mon crane qui dira le contraire. Pas plus tard que la semaine dernière, dans mon bus à 7 Rps (oui je sais j’avais promis) en direction du Leela Palace (14 juillet), j’ai pu ressentir la puissance de ce phénomène. Oui je sais j’aurais pu trouver plus classe pour arriver dans l’un des plus beaux palaces de Bangalore, mais on est pas fâché avec les pieds de nez! Peut être vais-je devenir le premier Français à avoir percé les mystères du réseau Bangalori? Va falloir mener l’enquête, encore une fois. A force de mener les enquêtes, j’ai l’impression de passer vraiment pour le mec lourd, à poser mes questions à la con au boulot.

Mais revenons à nos « mutton biryani » 😉 je me trouvais donc à bord d’un bus de type pourris (ces bus ont 4/5 ans) quand soudain mes pieds ont quitté le sol, et en moins d’une seconde ma tête est allée embrasser le toit de toute sa force. Je me suis alors vu railler par certains compagnons de route. Le mal aura au moins permis de détendre l’atmosphère, cette tension, palpable quand ces passagers me voient entrer dans « leur » bus. Suis-je si différent d’eux?

Bien qu’il semblerait que ces ralentisseurs aient été mis en soutien à l’industrie de la suspension, il s’avère plutôt d’une mesure visant à réduire les folies automobiles de nos chers hôtes. Toi, amis lecteur résidant en Inde, imagines une journée sans ralentisseurs. Finalement ces ralentisseurs sont pénibles, mais s’avèrent aussi utiles quand on n’y pense. Il te permettent souvent de trouver un créneau pour traverser la route ou d’effectuer un petit U-Turn….

Alors louons la bosse sacrée!

Venga venga la bosse sacrée!

JGui ou l’art d’écrire sur des non-sujets!

Bookmark and Share