Parce que je le vaux bien

comme tu peux t’en rendre compte amis lecteur, je reprends souvent les slogans qui font la fierté de notre belle nation à l’étranger. Mais trêve de papotage. Tu dois être impatient de découvrir où je veux bien en venir. Isn’t it?

Ce soir 17h45. Sortie du boulot. Kriti, jeune Indienne fraîchement diplômée, me raccompagne chez moi, et oui elle habite dans le même quartier. Et ce qu’il y a de bien avec elle, c’est quelle est plein de bons tuyaux. Elle est un peu l’application « lampe torche » de votre cher iPhone. Elle me guide dans l’obscurité des pannes de courant et autres galères quotidiennes.

La galère Indienne du jour concerne le soucis capillaire que je vois poindre depuis maintenant quelques jours. J’ai beau avoir repéré quelques coiffeurs de rue, comprenez un miroir, une chaise, et un toit en toile tenant sur 2 bâtons. Je crois que ça va pas le faire.

Ma joyeuse guide entre alors en scène. Plusieurs options s’offrent à moi. Deux « Saloons » indépendants, ou le dernier « Saloon de l’Oréal » dans ce qui fait la fierté de tout le quartier, le « Shipra Mall » et ces super boutiques et autre multiplex cinéma.

La dernière option me tente bien. J’en profiterai pour me faire du KFC en perf’ et m’acheter un sac à dos  que je n’ai pas pu prendre à cause des satanés produits que ma société m’a fait prendre avec moi. Mais vous connaissez déjà l’histoire. (Long time to go…)

Me voilà devant le salon. La première impression est bonne. Une fois à l’intérieur, la deuxième l’est moins. Personne ne semble « piper » un mot d’Anglais. Mes explications ne semblent convaincre personne. Un homme s’approche avec un book. On y arrive. Un « champoo » plus tard, me voilà face à mon reflet . La technique de coupe est différente, voire carrément surprenante. Pas de panique on verra bien le résultat. Une fois le séchage/coiffage effectué je me trouve des airs de « Dany Brillant ». On se recoiffera à l’appart, tant que la longueur est là, tout va!

Tu pensais en avoir fini!

Une fois le traditionnel tour de miroir derrière la tête. On me demande de fermer les yeux. Commence alors une valse de sensations. Premièrement humide quand je reçois un bon brumisateur sur la face. La deuxième agréable avec petit massage facial. Puis « étrange » quand vient le claquement de mon cuir chevelu sur la paume des mains de l’artiste. Véritable danse sévillane sur mes cheveux fraichement coupé.

Il faut que le cheveu claque mon petit.

Enfin l’apothéose, le happy-end, le massage de sourcils. Je ne sais pas si c’est de tradition Indienne, en tout cas pour moi c’était une grande première!

Le lendemain, Kriti. Nice hair cut. You look great!


On s’en sort pas si mal finalement. Venga venga!

JGui

Bookmark and Share

Une réponse à “Parce que je le vaux bien

  1. C’est vraiment un coiffure brillante mon fils
    see you bizz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s